Chez Uber, les nouveaux chauffeurs doivent, désormais, être des VTC professionnels

0
118
Jusqu’à fin 2017, les chauffeurs déjà partenaires de la plateforme pourront toujours conduire sous le statut de Loti, avec un simple permis de conduire, en étant salarié d’une entreprise « capacitaire », c’est-à-dire détenant une autorisation administrative leur donnant la capacité de transporter des personnes sur la voie publique. Mais Uber souhaite accélérer leur transition.

Anticipation. Alors que la loi Grandguillaume prévoit une période de transition jusqu’à la fin de l’année pour que les chauffeurs partenaires de plateformes de réservation type Uber exerçant sous le statut de Loti obtiennent le statut de VTC (voiture de transport avec chauffeur) professionnel, Uber prend les devants. En quête d’un nouveau souffle, le géant du VTC, connu pour défier les lois locales et dépenser de lourdes sommes en frais de justice semble en effet vouloir jouer le rôle du bon élève cette fois-ci. C’est pourquoi depuis lundi, la filiale française de la multinationale présente dans une cinquantaine de pays, ne recrute plus que des partenaires ayant la carte professionnelle de VTC ou étant inscrits à l’examen selon nos informations, confirmées par un porte-parole d’Uber:

« Ces nouvelles dispositions sont le fruit d’un dialogue…

Lire la suite sur latribune.fr