Macron, une image pro-VTC qui inquiète les taxis

0
97
Lors d’une manifestation de taxis en janvier 2016 à Paris, pour protester contre la concurrence jugée déloyale des véhicules de transport avec chauffeur. - Eric Feferberg/AFP

L’équipe d’En marche s’efforce d’apaiser les craintes suscitées par certaines positions adoptées dans le passé par le nouveau président.

Le nouveau président est attendu de pied ferme par les plates-formes VTC et les taxis. Avec espoir pour les premières et appréhension pour les seconds. Les deux camps se souviennent en effet qu’Emmanuel Macron, après avoir fait voter lorsqu’il était ministre de l’Economie sa loi pour la croissance , s’était attelé à la préparation d’un second texte. Celui-ci, dont les grandes lignes avaient été présentées à la presse en novembre 2015 sous le nom de code #noé (« nouvelles opportunités économiques »), ambitionnait de libérer les gisements d’emplois offerts par l’économie numérique.

Partisan de l’innovation numérique

Emmanuel Macron souhaitait notamment simplifier et faciliter l’accès au métier de chauffeur VTC, et les dirigeants des plates-formes reçus à l’époque par son équipe à Bercy pour préparer le projet de loi rapportaient avoir été écoutés avec attention.

#noé n’a finalement jamais vu le jour (François Hollande, contraint par le calendrier parlementaire, lui ayant finalement préféré la loi El Khomri ), mais Emmanuel Macron en a gardé l’image d’un partisan de l’innovation numérique et, dans ce cas précis, des plates-formes de VTC.

Les taxis, du coup, redoutent…

Lire la suite sur lesechos.fr