Paris: La commission d’enquête rend un zéro pointé à la ville sur la piétonisation des berges de la rive droite

0
335
Circulation automobile sur la rive droite. (Photo illustration) - Chauveau / SIPA

Des études d’impacts négligées et une amélioration de la qualité de l’air qui reste à démontrer. Le rapport de la commission d’enquête sur la fermeture à la circulation de la voie Georges-Pompidou n’est pas tendre avec ce projet cher à Anne Hidalgo…

Les conclusions étaient craintes par la ville de Paris. A raison !Le rapport de la commission d’enquête publique sur la piétonisation des berges de Seine rive droite, menée du 8 juin au 8 juillet, a été rendu public ce lundi. Et il n’est guère tendre avec le projet cher à Anne Hidalgo. L’exécutif parisien souhaite interdire la circulation sur les quais bas de la Seine (la voie Georges-Pompidou), entre les Tuileries et Bastille à compter d’octobre.

Un problème de périmètre

Pendant un mois, les enquêteurs ont recueilli 292 contributions sur ce projet. Sur ce total, 219 émettaient un avis négatif et 45 seulement un avis positif.

Mais la commission d’enquête en rajoute une couche encore dans son avis sur l’intérêt public de cette piétonisation. Déjà sur la forme ! Selon elle, la ville de Paris soutient que le périmètre de l’enquête doit se restreindre à la zone d’implantation des aménagements. A savoir 1er, 4e, 7e et 12e arrondissements. Or, la commission juge nécessaire d’élargir ce périmètre à toutes les portions du territoire sur lesquelles la fermeture à la circulation des berges rive droite aurait un impact direct et significatif.

Des reports de circulation plus importants que prévus

Les reports de circulation « affecteront de manière significative un secteur plus large que les 1er, 4e, 7e et 12e arrondissements, auxquels a été limité le périmètre de l’enquête publique, note la commission. (…) Les 5e, 6e et 8e arrondissements subiront un report de près de…

Lire la suite sur 20minutes.fr